Le guide pratique de démarrage pour être un designer plus éthique

Juin 16, 2020
UX-REPUBLIC

Comment innover de façon éthique ?
L’Éthique et la Technologie peuvent-ils cohabiter au quotidien ?
Vous avez sans doute entendu parler du “design éthique” ou d’ ethical design?
En tant que product designers, notre nouvelle priorité est de repenser l’expérience digitale de demain par une innovation digitale plus éthique.
Dès la conception d’un produit ou d’un service, nous devons avoir ce nouveau réflexe de repenser son impact environnemental, culturel, social et économique.

Concevoir de façon éthique, c’est concevoir un produit dont l’intention est de faire le bien.

 

Concrètement, quelles sont les actions que nous pouvons mettre en place, pour être plus éthique dans notre organisation et dans la conception d’un produit ou d’un service ?


#1 Vérifiez le respect du règlement général sur la protection des données RGPD

Derrière l’innovation du machine learning traitant les Big datas, se cache la revente des données comportementales des utilisateurs au détriment parfois de la liberté de ceux-ci.
Nous pouvons être plus éthiques dans l’utilisation des données personnelles des utilisateurs en respectant dans un premier temps, la protection des données RGPD.

Lutter contre le capitalisme de surveillance, c’est instaurer une stratégie éthique au sein de nos organisations voire même transformer notre modèle économique pour un modèle plus vertueux.
Le Privacy by design ” est justement un concept utilisé pour garantir l’intégration de la protection de la vie privée dans les nouvelles applications technologiques et commerciales dès leur conception.

 

#2 Intégrez le design circulaire au sein de sa conception produit

Avez-vous entendu parler du “ design circulaire ” ou ducircular design “ ?
Ce terme conçu par le fondateur d’ IDEO Tim Brown, est un moyen pour concevoir ou rendre éthique un produit ou un service qui s’inscrirait dans une économie circulaire.
Ce nouveau modèle économique répond aux notions d’économie verte, d’économie de l’usage ou de l’économie de la fonctionnalité, de l’économie de la performance et de l’écologie industrielle qui font partie de l’économie circulaire.
Pour plus d’informations sur la pratique du design circulaire, vous trouverez le guide officiel du design circulaire mais aussi des ateliers didactiques combinant Design Thinking et Design circulaire, pour co-concevoir des produits ou services innovants et éthiques.

Exemple : concevoir un ordinateur qui permet de réduire sa consommation en énergie ou son empreinte carbone ou supprimer l’obsolescence programmée du produit pour réduire la surproduction et réduire la fréquence de rachat d’un produit.

 


#3 Concevez une expérience design centrée humain

Ce terme développé par Don Norman, est initialement une philosophie qui peut s’appliquer dans notre conception de produits et services afin d’assurer la préservation des conditions de base du consommateur et de son bien être.
Les diverses méthodologies de design d’expérience utilisateur (UX) ont pour objectif d’améliorer l’expérience utilisateur du produit en le rendant plus intuitif, simple et utile et en répondant à une problématique utilisateur.

Comment mettre en place une stratégie design centrée humain ?
En plaçant l’humain au centre de la conception produit via des ateliers exploration, des ateliers d’idéation et des sessions de tests du prototype avec vos utilisateurs.
Pour en savoir plus sur les diverses méthodes pour concevoir un design centré humain, explorez notre Blog UX Republic qui rassemble des méthodes de co-design pour développer l’empathie utilisateurs, découvrez également notre UX cards qui représentent divers ateliers créatifs de co-conception produit de Design Thinking et aux ateliers classiques d’idéation.

Comment s’assurer du bien-être de l’utilisateur au delà du design UX et UI du produit ?
Un produit peut être esthétique et intuitif, il peut malheureusement devenir addictif.

 


#4 Évitez de concevoir des produits addictifs

Concevoir un produit ou un service intuitif, esthétique et éco-responsable ne suffit pas pour le rendre éthique si celui-ci devient addictif pour son utilisateur.
On appelle cela le design d’addiction, qui renvoie à un ensemble de pratiques immorales pour capter l’attention de l’utilisateur et créer une dépendance de l’utilisateur vis-à-vis de l’expérience du produit. Ce terme est même devenu une matière d’enseignement à l’université de Stanford.

C’est en effet l’écueil à éviter en tant que designer souhaitant par exemple, apporter une dimension de gamification à l’expérience utilisateur du produit, par la conception de récompenses, de likes, de recommandations de likes et d’objectifs à atteindre.

En effet, bon nombre d’applications mobiles, de réseaux sociaux et de jeux, aujourd’hui sur-engagent l’attention de l’utilisateur en flattant son égo et en stimulant la production de dopamine de son utilisateur.
Le rapport produit / utilisateur à un certain stade peut devenir immoral.

Comment éviter l’addiction chez l’utilisateur ?
Limiter le temps d’attention et d’utilisation du produit en permettant à l’utilisateur de désactiver ses notifications
→ Concevoir uniquement des notifications ou des récompenses utiles dans son parcours utilisateur.

Pour plus d’informations sur ce sujet, je vous invite à lire ce Hooked : How to Build Habit-Forming Products, révélateur de nombreuses pratiques de grandes entreprises qui ont vendu des produits addictifs.
Qui dit design d’addiction, sous entend “design de persuasion” et “design d’attention”.
Des pratiques et concepts qui ont justement pour but de mettre en place une technologie persuasive définie comme une technologie conçue pour modifier les attitudes ou les comportements des utilisateurs par la persuasion et l’influence sociale.


Exemple : vous achetez une application mobile qui est gratuite et une fois qu’il a dit oui, vous lui précisez que la réunion est à sept heures du matin.

Aussi, en psychologie cognitive, le “principe de l’amorçage” démontre que la mémoire organise les informations en créant des liens entre elles.
Ce classement permet de faciliter le rappel de certaines informations.

Cependant l’amorçage est utilisé pour forcer l’utilisateur à prendre une décision sur la base d’informations fausses ou partielles afin de lui cacher le coût réel de la décision.

Le principe d’amorçage peut être utilisé de façon plus éthique en :
→ Regroupant des informations de même thématique
→ Ajoutant des icônes pour illustrer
→ Créant des liens entre les thématiques exposées
Supprimant les dark patterns au sein de vos parcours clients.

L’utilisateur qui se rendra compte du piège à la fin de sa navigation (après le parcours d’achat) non seulement ne retournera plus jamais sur votre plateforme mais aussi vous fera une mauvaise publicité auprès de sa communauté.

#5 Pratiquez des ateliers, créez-en et inspirez votre communauté !

Je vous avais évoqué précédemment des ateliers didactiques de design centré humain et de design circulaire, il existe également des ateliers pour co-concevoir le design éthique de demain !
En effet, le collectif Designers éthiques a créé un évènement et un site Ethics for designers pour les designers désireux d’être plus éthiques.



A vous de jouer !

Caroline Dumont, Lead UX & Product designer chez UX Republic