Jaime Levy : de la floppy Disk à l’UX Strategy

Fév 05, 2019
Sebastien Faure

A l’occasion de la formation UX Strategy par Jaime Levy les 28-29 mars 2019 chez UX-Republic, j’ai profité de cette occasion pour poser quelques questions à l’auteure du best-seller UX-Strategy.

Jaime Levy est une des personnalités contemporaines les plus influentes en UX-Design. La découverte de sa méthodologie a permis à nombre de Designer de formaliser cette intuition persistante du lien entre la stratégie marketing et commerciale d’une entreprise et le Design.

Je vous laisse découvrir une Designer hors-norme, atypique, humaniste et définitivement visionnaire.

Pourquoi êtes-vous devenue Designer ?

Je suis devenu Designer parce que c’était un métier que je devais apprendre pour faire du Design de logiciel / interface.
J’avais étudié le cinéma et la télévision, j’avais appris comment produire et monter des vidéos. Mais ce n’est, réellement, que lors de études supérieures que j’ai compris que mes interfaces n’étaient pas “professionnelles”. En effet, je ne connaissais rien au Design graphique.

J’ai donc suivi un cours de typographie. Ce qui m’a aidé. Mais, en fin de compte, j’ai réellement appris le Design en fabriquant des “tonnes de produits” (d’abord mes disk magazines), puis en demandant à un colocataire Designer de me dire comment les rendre plus beaux.
Et, au même moment, les Macs devenaient populaires pour leur solution d’édition digitale. Ainsi, c’est en réalisant durant plusieurs années la mise en page de magazines et de publicités que j’ai eu le sentiment de rendre mes interfaces symétriques et minimales.


Je suis également devenu obsédée par David Carson et le magazine Raygun. Voir ce qu’il faisait (même sans formation classique), m’a donné envie de faire des interfaces qui repoussent les limites. Par exemple, avoir des boutons qui s’allument et s’éteignent pour attirer votre attention synchronisés avec les échantillons de bruit industriels.
Donc pour moi, tout mon travail des années 90 consistait à combiner la musique, l’animation, les jeux, le Design graphique dans des interfaces cool qui ont finalement été reconnues au moment où j’ai fait WORD.com (présenté dans le NY Times).

Quelles ont été les grandes étapes de votre carrière ?

L’ÈRE DES NOUVEAUX MÉDIAS (1986-1993)

Lorsque j’étais à l’Université pour obtenir mon diplôme, c’est la vidéo expérimentale et la performance qui m’ont inspiré pour devenir une artiste utilisant la technologie plutôt qu’un cinéaste traditionnel de long métrage comme je l’avais prévu.

J’ai obtenu mon diplôme de l’Université de New York en 1990 et j’ai soutenu ma thèse de maîtrise sur un Disk Magazine en cinq numéros, un livre électronique, puis le disque pour Billy Idol.
À cette époque, j’étais un concepteur de logiciels et une entrepreneur novatrice à part entière. Mais je n’avais aucune idée du businees. Pour moi, je n’étais qu’un gen-ex kid making crazy art that reflected pop culture en espérant qu’un jour je serai professionnelle… si seulement il y avait un moyen de distribution pour le contenu numérique.

L’ÈRE DOT COM (1994-2000)

Le premier navigateur web est sorti et je travaillais comme Designer de prototype / interface chez IBM.
Dès que j’ai vu Mosaic, j’ai quitté mon emploi et j’ai appris tout ce que je pouvais sur HTML. Je commençais aussi à devenir assez célèbre pour mes premiers travaux et j’avais des tonnes d’offres d’emploi à New York.
Je me suis donc lancée dans WORD.com (magazine en ligne de culture pop). Mais je me suis retrouvée toute seule et j’ai eu du mal à trouver des projets de création.


Heureusement, un business angels m’a donné 500.000 $ pour démarrer ma propre entreprise : Electronic Hollywood. Nous créions du contenu en ligne et en faisant des sites Web. C’était une époque incroyable pour tout le monde à San Franscisco et à New York pour être créatif et ne pas se soucier des business model J’ai fait pu tellement faire de choses pendant cette période… Cependant, je savais que l’argent allait disparaître à cause des spéculations boursières. Et c’est arrivé. Et comme toutes les autres sociétés .com, j’ai dû licencier tous ceux qui travaillaient avec moi et me trouver un nouvel avenir qui n’était peut-être pas sur Internet…

ÉCHEC PROFESSIONNEL / SE CONCENTRER SUR MOI-MÊME (2001-2005)

Au hasard, je me suis fait un ami qui m’a dit qu’il était un « Architecte de l’information ». Je me suis vite rendu compte que ce rôle était quelque chose que je pouvais faire si je pouvais m’apprendre à faire des plans de site.
J’ai donc fait des plans de tous mes anciens sites Web et j’ai rencontré des gens partout à Los Angeles pour essayer d’obtenir un emploi en tant qu’Architecte de l’information ou Designer d’interaction.

RÉINVENTION EN TANT QUE DESIGNER UX (2005-2010)

J’étais de retour ! Travailler au sein d’agences interactives de premier plan qui dirigent les équipes d’UX sur des sites Web à grande échelle pour le divertissement et le e-commerce. J’ai gravi les échelons de UX-Designer à Senior UX-Designer puis Lead UX-Designer.
Une fois que j’ai atteint le poste de Lead Designer, j’ai eu l’opportunité de faire la stratégie UX (alors appelée Discovery Phase) pour Oprah et j’ai réalisé ce que je voulais faire avec ma vie.

J’enseignais aussi à temps partiel dans un collège : des cours sur l’UX-Design et éventuellement sur la stratégie UX. J’ai rencontré un étudiant qui était écrivain. Elle a commencé à me convaincre d’écrire un livre….

UX STRATEGIST, LEAN STARTUP FREAK, ENTREPRENEUR, AUTEUR (2010 à ce jour)

J’ai créé mon entreprise et je n’ai accepté que des clients ui me laissant faire la phase de stratégie UX avant de faire la conception UX. J’ai réussi parce que je voulais faire de la définition de produit, de l’analyse concurrentielle, de la recherche utilisateur, etc.

J’ai ainsi développé ma propre boîte à outils de la Stratégie UX pour faire de la stratégie produit. Et, j’ai contacté O’Reilly Media pour leur proposer un livre sur la stratégie UX. J’ai ensuite mis deux douloureuses années pour l’écrire… Et cet étudiant/écrivain que j’avais rencontré est devenu mon éditeur et en a fait un livre bien écrit et convaincant.
Sarah Dzida, mon éditrice, m’a appris à écrire, à comprendre la structure et à raconter des histoires.

Le livre est sorti en 2015 et est devenu en quelques années un best-seller. J’ai parcouru le monde sans interruption de 2015 à 2018 en faisant des formations et des ateliers. Mon entreprise était en plein essor. Les gens réservaient (et continuent de le faire) des conférences…

Durant le temps où j’ai écrit mon livre, j’avais peur que ce soit une perte de temps. Que personne ne se soucierait de la stratégie UX. Or, il s’est avéré que j’avais tort. Maintenant mon livre est utilisé dans le monde entier comme cadre pour cette pratique.

La semaine dernière, quelqu’un de IDEO m’a appelé pour discuter d’une collaboration avec moi. Il m’a dit que mon livre était sur leurs étagères. J’étais si heureuse…

Aujourd’hui, après 30 ans d’invention et de conception de logiciels, j’en suis toujours aussi passionné que lorsque j’avais 22 ans.

Comment décririez-vous la relation entre Business et UX ?

La stratégie UX est l’intersection de l’UX-Design et de la stratégie commerciale. En fin de compte, un produit doit gagner en se différenciant et en étant meilleur que les solutions existantes.

L’UX-Design est affaire de différenciation.

Regardez Uber… c’est n’est qu’une interface pour connecter des clients avec des chauffeurs. Mais tout d’un coup, des gens montent dans les voitures d’étrangers ou laissent des étrangers monter dans leurs voitures ; des gens qui ne feraient jamais de l’auto-stop ou n’iraient jamais chercher des auto-stoppeurs. C’est parce qu’Uber a changé notre modèle mental à propos d’une activité “effrayante” en utilisant une interface, des critiques, etc.

C’est donc ce modèle mental que nous devons identifier, c’est ce que nous essayons de changer avec les UX, mais il doit avoir un modèle de gestion pour le soutenir.

Pensez-vous que le conseil d’administration d’une entreprise est un bon endroit pour les Designers ?

Si le conseil d’administration est le lieu où l’entreprise prend les décisions concernant l’orientation de ses produits ou services, alors oui, un Lead Designer devrait être présent ( » avoir un siège à la table »). Quand je parle de Lead Designer, je pense à un professionnel qui a évolué avec le sens des affaires et qui a une vision pour son entreprise.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune Designer ?

Entreprendre autant de projets divers que possible, même s’ils ne sont pas rémunérés ou sous-payés.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme d’études universitaires en UX-Design ou UI-Design pour réussir dans ce domaine. Il y a beaucoup de livres, de ressources en ligne, d’événements, de rencontres, de conférences et d’ateliers pour réseauter avec les gens et écouter des conférences.

 Malcolm Gladwell a dit qu’il nous faut 10 000 heures avant d’être surprenants dans une activité. Eh bien, si vous travaillez 40 heures / semaine pendant cinq ans, vous atteindrez vos 10 000 heures. Concevez donc 40 heures / semaine, même si une partie du temps est la nuit ou le week-end, et arrêtez de pleurnicher. Le voyage est la récompense. Trouvez un mentor. Faites des stages où ils vous donneront un certain contrôle créatif et feront de la stratégie produit.

Voulez-vous ajouter quelque chose ?

Soyez conscient lorsque vous fabriquez des produits qui font le bien contre le mal.
Nous sommes à un moment terrible de l’histoire, tant sur le plan politique que technologique, où des fous peuvent utiliser nos outils pour faire de très mauvaises choses.

Les inventeurs de Twitter n’ont jamais eu l’intention que cela se produise. Parfois, en tant que concepteur d’un produit, vous ne savez jamais comment les gens l’utiliseront, alors il faut être conscient de la façon dont il pourrait être utilisé pour blesser des gens. Je vous recommande la lecture de Douglas Rushkoff (Team Human, Throwing Rock at the Google Bus).
Enfin, je vous conseillerai de cesser d’utiliser votre téléphone au restaurant ou lors d’activités sociales avec vos amis et vos proches. Parlez-leur ! Connectez-vous aux humains !

Pour aller plus loin

Merci à Jaime Levy de nous avoir accordé cette interview. Ce fut un plaisir et une chance d’échanger avec une personnalité si riche et intense du Design.
Si vous souhaitez en savoir plus sur la méthodologie UX Strategy, Jaime Levy,  animera une formation chez UX-Republic les 28 et 29 mars 2019 dans nos locaux à Paris.

Inscrivez-vous dès maintenant.

Sébastien Faure, Learning & Development Manager @UX-Republic

UX-REPUBLIC Centre de Formation Digitale est un centre de formation agréé.
Découvrez la formation UX Strategy de Jaime Levy .