Les écueils à éviter pour réussir son Design Sprint

Nov 27, 2018
Simon Vandereecken

Créer et tester une solution
en l’espace de 4 jours…

…directement avec ses utilisateurs ? C’est la promesse du Design Sprint ! Le Design Sprint est une méthodologie développée par Jake Knapp pour Google Ventures pour rapidement développer et valider une idée en l’espace de 4 jours. C’est un outil puissant qui permet de directement se confronter aux utilisateurs tout en évitant de déployer des moyens financiers trop importants. 

Après avoir mené plusieurs Design Sprint avec des équipes diverses, j’ai cependant pu relever plusieurs points qui nécessitent une attention plus particulière afin de réussir au mieux son Sprint.

#0 Mener la phase de recherche en amont

Un Sprint ne peut répondre à lui seul aux questions pourquoi et pour qui. Il est essentiel de l’intégrer au sein d’une démarche de Design Thinking et de mener une phase de recherche en amont afin d’identifier clairement vos utilisateurs, leurs besoins et leurs problèmes.

#1 Réunir la bonne équipe

On peut avoir envie de lancer un Design Sprint uniquement avec son équipe projet. C’est un très gros écueil dans beaucoup de Sprint, car cela vous prive alors d’une diversité de points de vue, ainsi que de l’apport incommensurable de profils ingénieurs ou marketing dans le développement d’une solution. A quoi bon aller vers une idée qui vous séduit si elle n’est techniquement pas possible ? Pensez donc à embarquer un ingénieur et un communicant avec vous.

#2 Faire l’impasse sur un membre du support client

Souvent, on a tendance à oublier aussi d’inclure une personne de l’équipe support dans l’équipe du Sprint. En faisant ainsi, on se prive d’une mine d’or extrêmement importante sur les problèmes rencontrés par nos utilisateurs au jour le jour. Ces profils ont énormément à apporter et devraient être côtoyés beaucoup plus au sein des projets. Au sein d’un Sprint, ils ont tout à apporter !

#3 Cadrer les exercices dans le temps

Un Design Sprint impose un rythme soutenu et rapide, il est donc essentiel de bien cadrer chacun des exercices dans les limites de temps imparties. Beaucoup de facilitateurs débutants ont peur de forcer les participants à tenir le temps imparti, c’est pourtant essentiel. Le Sprint offre à chacun l’occasion de présenter et partager son point de vue, si les mêmes personnes monopolisent constamment le temps de parole, vous finirez par réaliser une solution pour eux, pas pour vos utilisateurs.

#4 Embarquer le décideur dans votre projet

Les profils décideurs sont en général les plus compliqués à bloquer pour la durée d’un Sprint. Bien que le Sprint interdise à la base les ordinateurs et portables, je préfère les autoriser uniquement pour le décideur de façon à faciliter sa présence aux ateliers. Apprenez à découper stratégiquement les exercices afin de pouvoir utiliser le levier du décideur au meilleur moment et selon ses disponibilités.

#5 Éviter la pression hiérarchique

Dans certains cas vous pouvez vous retrouver avec une équipe qui suit systématiquement tout choix du décideur. Pour éviter cela, faites toujours voter le décideur en dernier. N’hésitez pas non plus à proposer aux participants de placer leurs votes à l’arrière des post-its ou propositions de façon à ne pas s’influencer, ni se mettre une pression inutile dans leurs décisions.

#6 Les participants ont peur de prendre les crayons

Dans beaucoup de cas, vous allez rencontrer des participants qui n’osent pas dessiner, sans doute bloqués depuis longtemps, « incapables de dessiner » et autres. Dans des cas comme ça, n’hésitez pas à montrer des exemples : wireframes crayons, prototypes papiers imparfaits, bonshommes bâtonnets, … Expliquez que l’essentiel est de faire passer une idée, pas de refaire la Joconde, et qu’un ensemble de rectangles peut parfaitement réussir à transmettre ce qu’ils pensent !

#7 Vouloir avoir un prototype parfait avant d’aller le tester

C’est une des erreurs les plus communes en entreprise, les équipes ont peur de se confronter aux utilisateurs avec un prototype qu’elles estiment « brouillon ». Il est pourtant essentiel dans l’esprit du Sprint d’aller tester rapidement une solution vers les utilisateurs car il y a toujours la possibilité de se tromper. Toute journée investie dans la finition d’un prototype peut ainsi mener à une sérieuse perte financière. Pour un Sprint, visez un prototype assez bien, l’essentiel étant le contenu, pas le look.

Take Away

Il y aurait encore beaucoup à dire sur la façon de mener un Design Sprint et sur les écueils que l’on peut rencontrer. Comme toute méthodologie, le Sprint a ses forces et ses faiblesses, mais il reste un outil extrêmement puissant qui amène la force des start ups au sein des grandes entreprises.

Si l’on résume :

  • Réunissez une équipe divers et variée
  • Cadrer les ateliers et les personnalités fortes
  • Embarquez un décideur autant que possible
  • Rassurez les participants sur leurs capacités
  • Privilégiez le contenu par rapport à la forme

Et si vous voulez en découvrir plus sur le Design Sprint, je vous invite à visiter notre centre de formation !

Simon V, UX-Designer & Formateur @UX-Republic

UX-REPUBLIC Centre de Formation Digitale est un centre de formation agréé. Découvrez notre formation Design Sprint pour se former sur 2 jours